Mexico’s Miracle-Working Virgin

Our Lady of Saint John of the Lakes by Teresa Limjoco Photo Credit: Beverly Stevens They flock to her. In central Mexico, northeast of Guadalajara, the second most-visited shrine in Mexico is besieged by millions of Mexicans every year. Even the most jaded observer is stunned into respectful silence, watching Mexicans –often walking on their … Read more

Beyond Belief: Nuestra Señora de la Santa Muerte

By Harry Stevens Beyond Belief: Nuestra Señora de la Santa Muerte Photo credit: Beverly Stevens & Maurice Marcellin (Wikipedia) The author recommends readers pray before reading this article: St. Michael the Archangel, defend us in battle. Be our defense against the wickedness and snares of the Devil. May God rebuke him, we humbly pray, and … Read more

Aztec Demons

by Harry Stevens Photos by Beverly Stevens and Michael Durnan (Editor’s Note: It has often been noted that ‘the victors write history’ and the story of the Aztecs is no exception to this rule. The ‘victors’ in this case, however, are not the 16th century Spaniards. These have been vanquished by the views of the … Read more

The Nativity of Saint John the Baptist

June 24

Today is the feast of the Nativity of Saint John the Baptist.  Ora pro Nobis.

 

by Fr. Francis Xavier Weninger, 1877

In the holy Gospel, the nativity of St. John the Baptist, who was the forerunner of Christ, is described by the inspiration of the Holy Ghost, not only for our instruction, but also that we may rejoice in the Lord our God. In the mountains of Judaea, at Hebron, eight miles from Jerusalem, lived Zachary and Elizabeth. They were just people, and lived in accordance with the commandments of God, but had no children, although they had prayed for them many years. The great age which they had attained, naturally gave them no longer any hope of issue. But still they continued their prayer. One day, when Zachary, who was a priest, offered incense in the Temple at Jerusalem, he saw at the right side of the altar, an angel, whose appearance filled the pious old man with fear and trembling. The angel, however, said to him: ” Fear not, Zachary, for thy prayer is heard. Elizabeth, thy wife, shall bear thee a son, and thou shalt call his name John. He shall bring thee joy and gladness, and many shall rejoice in his nativity. He shall be great before the Lord and shall drink no strong drink, and he shall be filled with the Holy Ghost even from his mother’s womb. He shall convert many of the children of Israel to the Lord their God: and he shall go before Him in the spirit and power of Elias: that he may turn the hearts of the fathers unto the children, and the incredulous to the wisdom of the just, to prepare unto the Lord a perfect people.”

Zachary listened with great astonishment: the angel’s promise seemed to him to be out of the course of nature. Hence, he said: “Whereby shall I know this? For, I am an old man, and my wife is advanced in years.” The angel answered: “I am Gabriel, who stand before God, and I am sent to speak to thee and bring thee these good tidings. And behold, thou shalt be dumb and not able to speak until the day wherein these things shall come to pass, because thou hast not believed my words, which shall be fulfilled in their time.” After this the angel disappeared, and Zachary, mute from that hour, returned home after he had discharged his priestly functions.

The words of the Archangel Gabriel came to pass. Elizabeth conceived and gave praise and thanks to God that He had removed from her the disgrace of being barren. Six months later, the Most High sent the angel Gabriel to the blessed Virgin, at Nazareth, to announce to her that she should become the mother of the long expected Messiah. He at the same time informed her that her cousin Elizabeth, although she was old and barren, had conceived a son, as to God nothing was impossible. After Mary had resigned herself with deep humility to the will of the Almighty, and become the mother of the Son of God, she went into the mountains of Judaea, to the house of Elizabeth and Zachary. She did not go to see if the angel’s words in regard to Elizabeth were true, but to congratulate her happy cousin, and render her such services as she would need. The Gospel assures us that when the Virgin Mother entered the dwelling of Zachary and greeted Elizabeth, John, the yet unborn child, leaped for joy in his mother’s womb, as soon as Mary’s words of salutation reached Elizabeth’s ear, and Elizabeth herself was filled with the Holy Ghost. This leaping of the unborn Saint, was, according to the holy fathers, a sign that John, by special favor of the Almighty, knew the Saviour, yet concealed from the eyes of the world, and rejoicing in His presence, adored Him. Hence they teach that John was at that moment cleansed from original sin and filled with the Holy Ghost, and thus fulfilled the words of the angel and was sanctified in the womb of his mother.

At length came the time when he was to see the light of day, and Elizabeth gave birth to him whom the angel had promised and prophesied. When the neighbors and relatives heard how gracious God had been to Elizabeth, they all went to see her and congratulate her. On the eighth day the child was circumcised according to the law. As children, on this occasion, received a name, the relatives wished to give him that of his father, but Elizabeth opposed it, saying: ” John is his name!” “But there is none among thy kindred that is called by this name,” said her friends. Elizabeth, however, remained inflexible. Turning to the still mute Zachary, they desired to know how he would have him called. Zachary asked for a writing-table and wrote; “John is his name.” And at the same time his speech returned, and filled with the Holy Ghost, he gave thanks to God in the beautiful hymn which is one of the daily prayers of the Church, and begins: ” Blessed be the Lord God of Israel; for he hath visited and wrought the redemption of his people.” All those present marvelled at these events, praised God, and spread among the people all that they had heard and seen, and concluded from it that the new-born child was destined to be great among them. Hence they said to each other: “What do you think shall this child be? for the hand of the Lord is with him.”

Thus writes St. Luke, in his gospel, of the nativity of St. John, and then adds that, “he grew and was strengthened in spirit;” and was in the desert until the day of his manifestation to Israel, by his preaching and baptizing.

Several holy fathers write that Elizabeth fled with her child into the desert, to conceal herself from the cruelties of king Herod; and that John was nourished and kept either by an angel or in some other manner by divine Providence. Others write that, in his third or at most in his fifth year, he had voluntarily gone into the desert, eager to serve God more perfectly and to prepare himself for his mission. No one ought to think this incredible; since, even before he was born, he was gifted with the use of his reason, and comprehended the great mission to which he was called by the Almighty. So much is certain that he was from his most tender years in the wilderness. The holy Evangelists and the holy fathers tell us what manner of life he led there. He subsisted on wild honey and locusts, which are used as food in the East; but he ate so little, that our Lord said of him, that he had neither taken food nor drink. His drink was water; his garments, a coat of camels’-hair, which was fastened round his loins by a leathern belt. The ground was his bed, and he employed day and night in prayer and meditation. By fasting and other austere penances, he prepared himself for his mission. St. Augustine remarks that the severe life of penance of John was the model after which the hermits regulated their lives; hence they acknowledge him as their founder.

When in his thirtieth year, St. John was admonished by God to leave the wilderness and commence his mission. Going to the river Jordan, he preached penance and baptized the penitents. This baptism was not that which Christ instituted in the course of time: neither had it the power which the baptism of Christ has; but was only a sign of penance. In the Gospel it is related how great a multitude of people came to St. John; what he preached; how he exhorted them to do penance: how he had the honor to baptize Christ Himself, and what occurred during this event. The splendid testimony is spoken of, which he gave at different times, to the effect that Christ was the true Messiah. It is also recorded what he answered to those who were sent to him to ask whether he was the promised Messiah; for, his life was so holy and wonderful, that many believed him to be the long promised Redeemer. The events of the latter part of the life of this Saint will be related in the chapter for the day on which the church commemorates his decapitation.

Among the writings of the holy Fathers we find many sermons which contain magnificent praises of the virtues of St. John, the Baptist. They call him an angel in the flesh; an apostle in his sermons; a miracle of penance; the first hermit who induced so many thousands to imitate him; the first preacher of repentance, and proclaimer of the heavenly kingdom. They praise his fearlessness in reproving vice, both in high and in low; his deep humility, by which he deemed himself not worthy to baptize Christ, or even to unloose the latchet of His shoes; his angelic purity; his continual penance and his unwearied zeal for the honor of God and the welfare of men. But what should inspire every one with the greatest reverence towards this Saint is the fact, that Christ our Lord Himself praised the greatness and holiness of St. John so frequently, and said that among men there had been none greater than John the Baptist. What more can be said in his praise? (6)

Nativity of Saint John the Baptist

(from the Liturgical Year, 1904)

The Voice of one crying in the wilderness, “Prepare ye the way of the Lord; behold thy God (Is. xl. 3-9)!” Oh! in this world of ours grown now so cold, who can understand earth’s transports, at hearing these glad tidings so long expected? The promised God was not yet manifested; but already have the heavens bowed down (Ps. xvii. 10), to make way for His passage. No longer was He “the One Who is to come,” He for whom our fathers, the illustrious saints of the prophetic age ceaselessly called, in their indomitable hope. Still hidden, indeed, but already in our midst, He was resting beneath that virginal cloud compared with which, the heavenly purity of Thrones and Cherubim wax dim; yea, the united fires of burning Seraphim grow faint, in presence of the single love wherewith she alone encompasses Him in her human heart, she that lowly daughter of Adam whom He had chosen for His mother. Our accursed earth, made suddenly more blessed far than yonder heaven so long inexorably closed to suppliant prayer, awaited only that the august mystery should be revealed; the hour was come for earth to join her canticles to that eternal and divine praise, which henceforth was ever rising from her depths, and which being itself no other than the Word Himself, would celebrate God condignly. But beneath the veil of humility where His divinity, even after as well as before his birth, must still continue to hide itself from men, who may discover the Emmanuel? who, having recognized him in His merciful abasements, may succeed in making him accepted by a world lost in pride? who may cry, pointing out the Carpenter’s Son (St. Matth. xiii. 55), in the midst of the crowd: Behold Him Whom your fathers have so wistfully awaited!

For such is the order decreed from on high, in the manifestation of the Messias. Conformably to the Ways of men, the God-Man would not intrude Himself into public life; He would await, for the inauguration of His divine ministry, some man who having preceded him in a similar career, would be hereby sufficiently accredited, to introduce Him to the people.

Sublime part for a creature to play, to stand guarantee for his God, witness for the Word! The exalted dignity of him who was to fill such a position, had been notified, as had that of the Messias, long before his birth. In the solemn liturgy of the Age of types, the Levite choir, reminding the Most High of the meekness of David and of the promise made to him of a glorious heir, hailed from afar the mysterious lamp prepared by God for His Christ (Ps. cxxxi. 17) Not that, to give light to His steps, Christ should stand in need of external help: He, the Splendour of the Father, had only to appear in these dark regions of ours, to fill them with the effulgence of the very heavens; but so many false glimmerings had deceived mankind, during the night of these ages of expectation, that had the true Light arisen on a sudden, it would not have been understood, or would have but blinded eyes now become well nigh powerless, by reason of protracted darkness, to endure its brilliancy. Eternal Wisdom therefore decreed that just as the rising sun is announced by the morning-star, and prepares his coming by the gently tempered brilliancy of aurora; so Christ, who is Light should be preceded here below, by a star, His precursor; and his approach be signalized by the luminous rays which He himself, (though still invisible) would shed around this faithful herald of His coming. When, in by-gone days, the Most-High vouchsafed to light up, before the eyes of his prophets, the distant future, that radiant flash which for an instant shot across the heavens of the old covenant, melted away in the deep night, and ushered not in, as yet, the longed-for dawn. The “morning-star” of which the psalmist sings, shall know naught of defeat: declaring unto night that all is now over with her, he will dim his own fires only in the triumphant splendour of the Sun of Justice. Even as aurora melts into day, so will he confound with Light increased, his own radiance; being of himself, like every creature, nothingness and darkness, he will so reflect the brilliancy of the Messias shining immediately upon him, that many will mistake him even for the very Christ (St. Luke, iii. 15).

The mysterious conformity of Christ and His Precursor, the incomparable proximity which unites one to the other, are to be found many times marked down in the sacred scriptures. If Christ is the Word, eternally uttered by the Father, he is to be the Voice bearing this divine utterance whithersoever it is to reach; Isaias already hears the desert echoing with these accents, till now unknown; and the prince of prophets expresses his joy, with all the enthusiasm of a soul already beholding itself in the very presence of its Lord and God (St. Luke, iii. 15). The Christ is the Angel of the Covenant; but in the very same text wherein the Holy Ghost gives Him this title, for us so full of hope, there appears likewise bearing the same name of angel, the inseparable messenger, the faithful ambassador, to whom the earth is indebted for her coming to know the Spouse: Behold, I send My angel, and he shall prepare the way before My face. And presently the Lord Whom ye seek, and the Angel of the testament whom you desire, shall come to His Temple; behold he cometh, saith the Lord of hosts (Malach. iii. 1). And putting an end to the prophetic ministry, of which he is the last representative, Malachias terminates his own oracles by the words which we have heard Gabriel addressing to Zachary, when he makes known to him the approaching birth of the Precursor (Ibid. iv. 5-6).

The presence of Gabriel, on this occasion, of itself shows with what intimacy with the Son of God, this child then promised shall be favoured; for the very same Prince of the heavenly hosts, came again, soon afterwards, to announce the Emmanuel. Countless are the faithful messengers that press around the throne of the Holy Trinity, and the choice of these august ambassadors usually varies, according to the dignity of the instructions, to be transmitted to earth by the Most High. Nevertheless, it was fitting that the same archangel charged with concluding the sacred Nuptials of the Word with the Human Nature, should likewise prelude this great mission by preparing the coming of him whom the eternal decrees had designated as the Friend of the Bridegroom (St. John, iii. 29). Six months later, on his deputation to Mary, he strengthens his divine message, by revealing to that purest of Virgins, the prodigy, which had by then, already given a son to the sterile Elizabeth; this being the first step of the Almighty towards a still greater marvel. John is not yet born; but without longer delay, his career is begun: he is employed to attest the truth of the angels promises. How ineffable this guarantee of a child hidden as yet in his mother’s womb, but already brought forward as God’s witness, in that sublime negotiation which at that moment is holding heaven and earth in suspense! Illumined from on high, Mary receives the testimony and hesitates no longer. Behold the handmaid of the Lord, says she to the archangel, be it done unto me, according to thy word (St. Luke, i).

Gabriel has retired, bearing away with him the divine secret which he has not been commissioned to reveal to the rest of the world. Neither will the most prudent Virgin herself tell it; even Joseph, her virginal Spouse, is to receive no communication of the mystery from her lips. Yet fear not; the woeful sterility beneath which earth has been so long groaning, is not to be followed by an ignorance more sorrow-stricken still, now that it has yielded its fruit (Ps. lxxxiv. 13). There is one from whom Emmanuel will have no secret, nor reserve; it were fitting to reveal the marvel unto him. Scarce has the Spouse taken possession of the sanctuary all spotless, wherein the nine months of his first abiding amongst men, must run their course, yea, scarce has the Word been made Flesh, than Our Lady, inwardly taught what is her Son’s desire, arising, makes all haste to speed into the hill-country of Judea (St. Luke, i. 39). The voice of my Beloved! Behold he cometh, leaping upon the mountains, skipping over the hills (Cantic. ii. 8). His first visit is to the “Friend of the Bridegroom,” the first out-pour of His graces is to John. A distinct feast will allow us to Honor in a special manner, the precious day on which the divine Child, sanctifying his Precursor, reveals himself to John, by the voice of Mary; the day on which Our Lady, manifested by John, leaping within the womb of his mother, proclaims at last the wondrous things operated within her, by the Almighty, according to the merciful promise which he spoke to our fathers, to Abraham and to his seed for ever (St. Luke, i. 55).

But the time is come, when the good tidings are to spread, from children and mothers, through all the adjacent country, until at length they reach the whole world. John is about to be born, and, whilst still himself unable to speak, he is to loosen his father’s tongue. He is to put an end to that dumbness, with which the aged priest, a type of the old law, had been struck by the angel; and Zachary, himself filled with the Holy Ghost, is about to publish in a new canticle, the blessed visit of the Lord God of Israel. (Ibid. i. 68).

The hymn which follows, furnishes the Church with a beautiful formula of prayer and praise. There are few pieces so famous as this, in the holy liturgy. Its composition is attributed to Paul the Deacon, a monk of Monte Cassino, in the eighth century; and the story attached to it, is particularly touching. Honoured with that sacred order the very title of which remains through the course of ages inseparably linked with his name, Paul Warnefrid, the friend of Charlemagne and the historian of the Lombards, was on a certain occasion, deputed to bless the paschal candle, the triumphal appearance whereof, yearly announces to Holy Church, the Resurrection of the Spouse. Now it happened, that whilst he was preparing himself for this function, the most solemn of those reserved to the Levites of the New Testament, he suddenly lost his voice, until then clear and sonorous, so that, he was powerless to sound forth the glad notes of the Exsultet. In this extremity, Paul recollected himself; and turning to Saint John, patron at once of the Lombard nation and of that Church built by Saint Benedict at the top of the holy mount, he invoked him whose birth had put a stop to the dumbness of his own father, and who still preserves his power of restoring to ” vocal chords their lost suppleness.” The son of Zachary heard his devout client. Such was the origin of the harmonious strophes which now form the three hymns proper to this feast.

What is still better known, is the importance which the first of these strophes has acquired in the history of Gregorian chant and of music, The primitive air to which the hymn of Paul the Deacon was sung possessed this peculiarity, namely, that the initial syllable of each hemistich rose just one degree higher than the preceding, in the scale of sounds; thus was obtained, on bringing them together, the series of fundamental notes which form the basis of our present gamut. The custom was afterwards introduced of giving to the notes themselves, the names of these syllables: Ut, Be, Mi, Fa, Sol, La. Guido of Arezzo, in his method of teaching, originated this custom; and by completing it with the introduction of the regular lines of the musical scale, he was the cause of an immense stride being made in the science of sacred music, until then so laborious to render, and so tedious to acquire. He thus acknowledged that the divine Precursor, the Voice whose accents reveal to the world the harmony of the eternal canticle, ought to have the honour of having attached to his name the organization of earth’s melodies.  (4)

Image: Natività del battista, artist: Jacopo Carucci, circa 1526

Research by REGINA Staff

  1. http://www.fisheaters.com/customstimeafterpentecost3.html
  2. http://www.catholictradition.org/Passion/john-baptist.htm
  3. http://www.catholictradition.org/Passion/litany77.htm
  4. http://catholicharboroffaithandmorals.com/Nativity%20of%20St.%20John%20the%20Baptist%20Liturgical%20Year.html
  5. http://catholicharboroffaithandmorals.com/Childrens%20Sermon%20Nativity%20of%20St.%20John%20the%20Baptist.html
  6. http://catholicharboroffaithandmorals.com/St.%20John%20the%20Baptist.html
  7. http://www.salvemariaregina.info/SalveMariaRegina/SMR-160/John%20the%20Baptist.htm
  8. http://sanctoral.com/en/saints/nativity_of_saint_john_the_baptist.html
  9. http://www.traditioninaction.org/SOD/j026sdJohntheBaptist6-24.html
  10. http://www.nobility.org/2014/06/23/john-the-baptist/
  11. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pontormo,_nativit%C3%A0_del_battista_01.jpg

Click HERE to buy in the US.

Click HERE to buy in the UK.

Available on Amazon in other markets.

A Catholic Quinceañera for Trinity

by Donna Sue Berry It’s not a Sacrament, though it always includes a Mass. The Mexican Quinceañera (variously called fiesta de quince años, fiesta de quinceañera, quince años, quinceañera or simply quince in Latin American countries and ex-patriate communities) is a ‘coming of age’ ceremony. The origins of Quinceañera are variously credited to the Aztec … Read more

The Vigil of St. John the Baptist

June 23

Today is the feast of the Vigil of Saint John the Baptist. 

There was in the days of Herod, the King of Judea, a certain priest named Zachary, of the course of Abia, and his wife was of the daughters of Aaron, and her name Elizabeth. And they were both just before God, walking in all the commandments and justifications of the Lord without blame. And they had no son, for that Elizabeth was barren, and they both were well advanced in years. And it came to pass, when he executed the priestly function in the order of his course before God, according to the custom of the priestly office, it was his lot to offer incense, going into the temple of the Lord; and all the multitude of the people was praying without, at the hour of incense. And there appeared to him an Angel of the Lord, standing on the right side of the altar of incense. And Zachary seeing him was troubled, and fear fell upon him; but the Angel said to him: Fear not, Zachary, for thy prayer is heard; and thy wife Elizabeth shall bear thee a son, and thou shalt call his name John: and thou shalt have joy and gladness, and many shall rejoice in his nativity. For he shall be great before the Lord: and shall drink no wine nor strong drink: and he shall be filled with the Holy Ghost even from his mother’s womb. And he shall convert many of the children of Israel to the Lord their God. And he shall go before him in the spirit and power of Elias; that he may turn the hearts of the fathers unto the children, and the incredulous to the wisdom of the just, to prepare unto the Lord a perfect people.–St. Luke, i. 5 – 17

So sacred was St. John’s day deemed that two rival armies, meeting face to face on 23 June, by common accord put off the battle until the morrow of the feast (Battle of Fontenay, 841). “Joy, which is the characteristic of the day, radiated from the sacred precincts. The lovely summer nights, at St. John’s tide, gave free scope to popular display of lively faith among various nationalities. Scarce had the last rays of the setting sun died away when, all the world over, immense columns of flame arose from every mountain-top, and in an instant, every town, and village, and hamlet was lighted up” (Gueranger). (2)

The custom of the “St. John’s fires” has endured unto this day.  All over Europe, from Scandinavia to Spain, and from Ireland to Russia, Saint John’s Day festivities are closely associated with the ancient nature lore of the great summer festival of pre-Christian times. Fires are lighted on mountains and hilltops on the eve of his feast. These “Saint John’s fires” burn brightly and quietly along the fiords of Norway, on the peaks of the Alps, on the slopes of the Pyrenees, and on the mountains of Spain (where they are called Hogsueras). They were an ancient symbol of the warmth and light of the sun which the forefathers greeted at the beginning of summer. In many places, great celebrations are held with dances, games, and outdoor meals. (3)

It should be noted that in the Catholic sections of Europe the combination of the ancient festival of nature lore with the Feast of the Baptist has resulted in a tradition of dignified celebration, which has come down to our day. People gather around the fireplace, dressed in their national or local costumes, and sing their beautiful ancient songs. When the fire is lighted, one of them recites a poem that expresses the thought of the feast. Then they pray together to Saint John for his intercession that the summer may be blessed in homes, fields, and country, and finally perform some of the traditional folk dances, usually accompanied by singing and music.

At sunset on June 23rd in Ireland, the festivals begins. This midsummer festival was known as St. John’s Eve, or Bonfire Night, and not that long ago, it was a wide-spread tradition.  For several days beforehand, children and young people went from house to house asking for donations for the blessed fire. It was considered very unlucky to refuse. In fact, at some fires, the names of generous donors were called out and the crowd would cheer. But then, the names of the miserly were also announced and these were greeted with jeers and catcalls.

Imagine what it must have been like. Around the fire were assembled all the people of the locality – from the smallest children to the oldest men and women. As the sun set, the fire was lit. Usually, this honor was given to a knowledgeable elderly man who would say the traditional prayer for the occasion. One verse of this prayer is:

In the honor of God and St. John, to the fruitfulness and profit of our planting and our work, in the the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit. (3)

And if you’re looking for an excuse to build a bonfire, the Church gives us a great reason to do so tonight, for tonight is the vigil of the Feast of the Nativity of St. John the Baptist, the prophetic forerunner of Jesus Christ. 

John the Baptist was a man on fire with the Holy Spirit. His words burned like a furnace, and he feared no one, even the powerful rulers of his day. He called all to repentance without exception, and lightened the way for the messiah like a blazing torch. What better way to commemorate this zealous prophet than with a roaring bonfire?

And indeed, it is an ancient tradition of the Church to build a bonfire on the night of June 23, the vigil of St. John’s nativity, and keep watch through the night. The vigil of this feast is also symbolic in that it takes place only a few days after the summer solstice, the longest day of the year, calling to mind St. John’s declaration that, “He must increase, but I must decrease” (John 3:30).

So build a fire tonight, like centuries of Catholics before you, and spend time with your family and loved ones. Remember this great saint who courageously preached the coming of the Messiah, and ask him for his intercession.

The Roman Ritual contains a priestly blessing for the vigil fire, and it is one of the oldest prayers contained in it. But if no priest is available to bless your fire, the family can sing the hymn together and the father can recite the closing prayer. Enjoy! (5)

 

Image: The Holy Children with a Shell, artist: Bartolomé Esteban Murillo (4)

Research by REGINA Staff

  1. http://www.fisheaters.com/customstimeafterpentecost3.html
  2. http://www.newadvent.org/cathen/08486b.htm
  3. http://www.irishcultureandcustoms.com/ACalend/StJohnsEve.html
  4. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:InfantJesus_JohnBaptist.JPG
  5. https://www.catholicgentleman.net/2016/06/build-bonfire-nativity-st-john-baptist/

Regina’s Road to Recovery

By Beverly Stevens, REGINA Editor Three people I know have this year buried their young adult children. They died in grotesque ways—all  from drug addiction. Countless others are despairing of their loved ones,  caught in a tarantula’s web of addictions and despair. I try to avoid writing opinion pieces because, well, I’m an editor. That … Read more

Saint Mary of Oignies, Recluse

June 23

Today is the feast day of Saint Mary of Oignies.  Ora pro nobis. 

Mary of Oignies was born in the diocese of Liege in Belgium in 1167, of very wealthy parents.  While still very young, she rejected everything childish or vain — games, beautiful clothing, ornaments. Despite her desire to be a nun, she was obliged to marry a virtuous young lord. Her holy life caused admiration in her spouse and he decided to follow her examples.  Together they resolved to practice continence for life.   They distributed their wealth to the poor and consecrated themselves to works of piety. The devil tried every trick to make them relent in their holy resolution, but failed. They became blessed abundantly, as well as sarcasms and insults from the worldly.

Eventually unable to bear the frequent attention of devotees, Mary and her husband felt it God’s will that they should separate to live contemplative lives. Mary retired to a hermitage of Saint Nicholas in Oignies. There she prayed for the souls in Purgatory.  She gave spiritual advise to the disciples who gathered around her, among them James of Viry. She practiced asceticism worthy of the Desert Fathers, and was privileged to have mystical ecstasies and visions, mainly of Saint John and her guardian angel. Mary also continued to care for lepers.

Mary had the gift of tears.   She could not look at a crucifix without breaking into a torrent of tears or being ravished in ecstasy. When a priest told her to cease these exhibitions, she asked God to make him understand. (It is not possible for a creature to arrest tears which the Holy Spirit obliges to well up). And the priest, that same day while saying his Mass, began to shed so many tears that the altar cloths and his vestments were wet with them.

She saw the place destined for her in heaven.  Three days before she died, Mary began to sing in ecstatic strains in the Romance language concerning the Trinity, the Humanity of Christ, the Virgin and the Saints. She sang as if the sentences with their rhythm were written before her. She said, greatly rejoicing at it, that the Holy Spirit would soon visit His Church, and send laborers more abundantly than usual into the harvest.   She died on June 23rd, 1213, of natural causes.

The faithful who have addressed her were so impressed with the value of her intercession that her relics became the object of great respect. Buried at Oignies, her remains in 1609 were placed in a silver reliquary in its parish church of Our Lady; in 1817 they were transferred to the Church of Saint Nicolas at Nivelle, near her birthplace. (1)

Research by REGINA Staff

  1. http://sanctoral.com/en/saints/saint_mary_of_oignies.html
  2. http://www.roman-catholic-saints.com/our-lady-of-oegnies.html

 

 

L’Histoire de Jennifer – 2ème Partie

(For Part One, click here)

Jennifer (son nom a été modifié) est une enseignante de 42 ans à New York. Elevée dans la foi catholique, elle n’avait pas été pratiquante pendant des années. Après un avortement vécu comme un traumatisme, elle a demandé de l’aide –et se tourna vers l’Église, grâce au prêtre de la paroisse extraordinaire de Brooklyn.

REGINA : Qu’est-ce qui vous a conduit à rechercher l’aide de l’Église ?

JENNIFER : Un désespoir paralysant m’a conduit à aller voir le prêtre de ma paroisse. J’ai avorté en janvier, et je l’ai dit en confession en mars, le Mercredi des Cendres.

Le Père m’a soutenue, et m’a suggéré de prier toutes les nuits de Carême pour mon bébé, et de laisser mon bébé me rapprocher de Dieu, de ne pas prier par culpabilité, mais par compassion et amour. Ce que j’ai fait. Et cela m’a aide.  Mais cela n’était pas suffisant. La douleur de l’avortement, même si c’était soi-disant un choix, si on s’y confronte vraiment, est colossale. Avant l’été, j’ai su que j’avais besoin de plus d’aide. J’étais en train de couler rapidement, et je ne pouvais pas attendre, alors même si c’était loin quelque part en Pennsylvanie, je suis allée à la première retraite de Rachel’s Vineyard que j’ai trouvée.

REGINA : Qu’avez-vous ressenti lors de cette retraite ?

JENNIFER : Le lieu lui-même était plein de sérénité. La simple idée, la simple notion, que j’allais là-bas pour rencontrer Dieu afin d’obtenir de l’aide pour ce que j’avais fait, a commencé à m’aider. Peut-être que j’avais un petit peu peur, parce que même si Dieu faisait partie de ma vie, je ne voulais pas devenir une bigote ou quelque chose comme ça.

Cependant, ma soif de Dieu et le besoin que l’on m’aide à vivre cette douleur étaient bien plus grands que n’importe quel sentiment de peur que j’aurais pu avoir alors que je devais me rendre en voiture dans un lieu inconnu, pour rencontrer des inconnus et essayer de partager avec eux les choses les plus personnelles et honteuses de ma vie. J’étais reconnaissante que l’on puisse m’aider.

A Rachel’s Vineyard, j’ai trouvé un groupe de gens remplis de compassion qui étaient là pour m’aider, moi, et d’autres femmes comme moi.

Enfin, de l’amour vrai.

REGINA : Comment cela a-t-il commencé ?

JENNIFER : La première nuit, on m’a donné une couverture de prière qui avait été tricoté pendant que l’on disait des prières. C’était réconfortant et je l’avais souvent avec moi lors de nos discussions de groupe. Je me suis portée volontaire pour partager mon histoire en premier. J’avais l’habitude de parler avec les Alcooliques Anonymes, et après la première vidéo que nous avons regardée, j’en avais déjà tellement appris. Savoir que se faire avorter provoquait une souffrance insupportable parce que la vie humaine est précieuse me laissait un goût amer. Et je me suis rendu compte que si se faire avorter causait tant de souffrance parce que la vie était précieuse, alors je devais l’appliquer à ma vie aussi. Dieu a utilisé le temps que j’ai passé à Rachel’s Vineyard pour commencer à soigner cette grande blessure, pour changer mes plus grands péchés et mes plus grandes faiblesses en affirmations de la vie, et en espoir.

REGINA : Pouvez-vous décrire ce que vous avez vécu ?

JENNIFER : Rachel’s Vineyard est basé sur des méditations d’extraits de la Bible sur la vie de Jésus. Ils lisaient le passage d’Ecriture, et puis, il y avait une méditations, et puis, nous partagions. C’était de merveilleuses méditations. Ce sont parmi les premières interactions que j’avais jamais eues avec Jésus et Sa présence réelle dans ma vie. Lors d’une visualisation, on nous disait de regarder dans les yeux de Jésus. Je vois encore l’amour et la compassion dont j’étais le témoin ce jour-là. Tandis que j’observais une autre femme que j’avais rencontrée là-bas se sentir mieux, elle m’a dit :  “Je les ai vus, j’ai vu mes bébés avec Jésus”. J’avais vu le mien aussi. Les méditations nous ont présenté à l’amour infini de Dieu et à la guérison par Jésus. Je sais que mes bébés sont avec Lui, il n’y a pas le moindre doute dans mon coeur ou mon esprit.

A peu près 5 ou 6 femmes ayant subi un avortement participaient à la retraite. Nous étions assises en groupe, formant un cercle, pour écouter le passage d’Ecritures et méditer, et une femme, en larmes, racontait son histoire. J’ai regardé le groupe, et mon regard s’est arrêté sur le prêtre qui travaillait avec nous. C’était un homme baraqué, avec une canne. Grand, les cheveux gris, plus âgé, il était là-bas solidement assis sur sa chaise, et écoutait très attentivement la souffrance de cette femme. On aurait dit une montagne. Et je l’ai regardé, et je l’ai vu absorbant la souffrance de cette femme.

Tous les bénévoles et les participants absorbaient la souffrance de cette femme. Ces complets inconnus étaient là pour écouter nos histoires et nous aider à trouver notre chemin vers Dieu. Ils connaissaient Dieu assez bien pour être là pour Lui, pour accomplir Son travail, pour nous. Cela me touchait beaucoup. Dieu agit à travers les gens. C’était très thérapeutique.

Je n’ai qu’une seule photo de la retraite. Elle a été prise de cette magnifique allée bordée d’arbres qu’on devait parcourir pour atteindre la maison où avait lieu la retraite. A mon retour à Brooklyn, j’ai posté la photo à la seule fille avec laquelle j’étais devenue amie pendant la retraite. Lorsque je l’ai envoyée, elle a dit : “Le bout de route qui m’a peut-être sauvé la vie, ou au moins sauvé l’esprit”.

REGINA : Est-ce que vous souvenez de quelque chose en particulier ?

JENNIFER : C’est à Rachel’s Vineyard que j’ai vécu ma première heure d’Adoration Eucharistique. Même si j’ai élevée dans la foi catholique, je n’avais aucune idée de ce que cela signifiait ou de ce que je faisais. A deux heures du matin, j’ai dû me lever et prendre le relais de la femme qui était en adoration depuis une heure du matin.

J’étais assise seule en présence de Jésus. Je pense que, pour moi, cela a été le début de tous les possibles. Je ressentais la sérénité dans cette présence et, même si, en théorie, je savais que j’étais là avec Jésus, je ne suis pas encore certaine de comprendre ce que cela signifie. Mais, je sais que je n’étais pas seule, et que la vie pouvait offrir davantage que ce que je comprends pour le moment.

REGINA : En effet, cela veut dire beaucoup !

JENNIFER : Nous avons aussi eu une cérémonie du souvenir. J’avais invité le père de mon bébé à cette retraite et à cette cérémonie, et, bien sûr, Brian n’avait pas pu être là. On nous a donné de petites poupées pour représenter nos bébés avortés pour les donner à Dieu, et une occasion de parler. Je me sentais en sécurité et j’ai participé à tout. J’avais envie de toute l’aide et toute la guérison que je pouvais avoir. Tandis que, en larmes, je parlais, j’ai exprimé le regret que mon bébé n’avait pas son père présent à ce moment là pour le reconnaître, mais j’étais reconnaissante de savoir que mon bébé avait un père au Ciel qui le ferait.

Si nous le voulions, nous pouvions écrire un poème, ce que j’ai fait, qui résumes vraiment l’étendue de mon expérience à  Rachel’s Vineyard (c’est un haiku) :

                         Que mon coeur se délivre

                         La mesure de son chagrin

                         N’a pour égal que l’amour de Dieu.

                         Puis, des bras réconfortants, un baiser

                         Amer est le périple                                              

                         Du désespoir à la grâce

                         Accepter et pardonner

                         Avec humilité, je peux

                         Voir ton joli visage

           –                –Eté 2012

Toutes les cérémonies, les discussions de groupe et les méditations à Rachel’s Vineyard ont été des grâces. Même les repas étaient plein d’amour. A Rachel’s vineyard, on a pris soin de moi, on m’a entourée d’amour, par des personnes au service de Dieu.

 

REGINA : Avez-vous été élevée dans la foi catholique ?

JENNIFER : Oui. J’avais passé au moins dix ans à l’école catholique, mais rien de tout ça ne signifiait vraiment rien pour moi à cette époque. Il y avait une différence entre connaître sa foi, et avoir la foi. C’était bien, mais je ne pensais que je devais y donner suite. Et, en plus, la société en général m’envoyait des messages bien plus forts. Le sexe, les drogues, le rock and roll, les conséquences du mouvement de l’amour libre, le mouvement féminisme, la perception de ce rôle faible de la femme dans la société. Nous devions réussir ! Nous devions réussir sans un homme ! C’était une sorte de rébellion, je suppose. Il fallait que la vie me rende humble avant de frapper à la porte de Jésus.

REGINA : S’il vous plaît, racontez nous comment vous êtes revenue vers l’Église.

JENNIFER : Avant l’avortement, j’avais été aux les Alcooliques Anonymes, qui est un programme spirituel, pendant 7 ans, parce que finalement, je me suis rendu compte que le dénominateur commun dans mon histoire de mauvaises relations, c’était bien moi. Les 12 étapes m’ont bien amenée vers Dieu, et Dieu m’a vraiment amenée à suivre ces étapes. Grâce à ce programme, j’ai eu la chance de savoir me tourner vers Dieu après l’avortement et j’ai complètement baissé la garde. Mais on dirait que les Alcooliques Anonymes ne pouvaient pas m’aider davantage et j’ai commencé mon retour vers l’Église.

J’avais recommencé à aller à la messe de temps en temps avant l’avortement, et j’aimais bien, mais ce n’est qu’après l’avortement que j’ai commencé à frapper encore et encore, et que Dieu m’a répondu encore et encore.

L’avortement a eu lieu le 14 janvier, et je suis allée me confesser le mercredi 5 mars, après la messe du Mercredi des Cendres. Au courant de l’avortement, ma sœur, très active dans la paroisse, assistait également à la messe, et m’a aidée à ce que je puisse immédiatement obtenir un temps de confession avec le Père. Il m’a dit combien mon péché était grave, et que cela conduisait à l’excommunication de l’Église, mais que Dieu était miséricordieux et que ma confession allégeait l’excommunication. Et que mon bébé m’aidait à aller vers Dieu, et est-ce que cela n’était pas merveilleux ? Je commençais déjà ma pénitence : tous les soirs, pendant le carême, je devais prier pour mon bébé, non pas par culpabilité ou à cause du chagrin, mais par amour. Ce que j’ai fait. Et ce que je fais encore souvent.

Par la suite, j’ai continué ma thérapie, mais cela n’était pas suffisant. Alors, j’ai décidé de reparler avec le Père et j’ai pris rendez-vous.

REGINA : Y-avait-il quelque conflit que ce soit entre votre thérapie et votre retour vers l’Église ?

JENNIFER : Lorsque j’ai décidé de reparler au prêtre de ma paroisse, mon thérapeute était inquiet. Je pense qu’il supposait que l’Église me culpabilisait et me faisait ressentir de la honte. La semaine d’après, il m’a demandait comment ça allait, et je lui ai dit qu’au contraire, le prêtre, en l’occurence, Frère Gelfant de l’église St Finbar à Brooklyn me soutenait et m’aidait. C’est à cette nouvelle rencontre avec le prêtre de ma paroisse que le Père m’a dit d’aller à Rachel’s Vineyard.

Après Rachel’s Vineyard, je suis allée à la Première Journée de Canaa De Prière et de Guérison de Lumina. Mais, j’avais encore besoin d’aide, alors j’ai participé à un groupe pour la guérison post-avortement pendant 8 semaines avec le Centre de Soutien à la Maternité de Midtown. Un soir par semaine, j’allais à Manhattan en voiture. Il faut être vraiment désespéré pour faire ça !

Non, trêve de plaisanterie, les sessions du Centre de Soutien à la Maternité ont été géniales. On était plus dans le côté pratique, peut-être, que Rachel’s Vineyard, parce qu’il y avait un cahier d’exercices et des devoirs à faire, et des activités spécifiques pour apprendre à gérer le regret, la colère, le pardon. Cela m’a beaucoup aidée. Tous les efforts que je faisais pour obtenir de l’aide s’accumulaient et j’ai commencé à guérir.  

REGINA : Est-ce que vous aviez l’impression de vous convertir ?

JENNIFER : Je crois que je suis en train de vivre une conversion, celle-ci n’était pas une réaction immédiate au fait que je me sois fait avorter. Dieu a attendu le bon moment pour cette conversion, et celle-ci a eu lieu à l’occasion de la mort de mon père en 2014, deux ans après mon avortement.

Les choses se sont enchaînées. Je me suis sentie très soulagée grâce à toute l’aide que j’avais trouvée. J’ai trouvé une certaine forme de pardon, à la fois pour moi-même et pour Brian. J’avais des outils pour m’aider à surmonter la rancune, et je suis retournée à l’église tous les dimanche. Mais Brian faisait encore partie de ma vie, la relation reprenait de temps en temps. Elle était encore pleine d’agressivité et j’étais terrassée par le chagrin à cause de l’avortement pour entretenir cette relation.

Finalement, à l’été 2013, j’ai commencé une neuvaine à St Jude à propos de cette relation. Trois jours après que j’ai commencé cette neuvaine, Brian m’a quitté, et j’ai saisi l’occasion pour me tourner vers Dieu autant que je pouvais. C’est arrivé parce que Brian m’a quitté et on m’a appris que mon père avait un cancer. Pendant tout ce temps, je me suis lourdement reposé sur ma toute nouvelle relation avec Jésus et Dieu. Tous les jours, j’allais à l’église pour prier le Saint Sacrement, pour la douleur persistante de la perte de mon bébé et la perte imminente de mon père.

C’est cette expérience que Dieu a utilisé pour guérir mes deux plus grandes blessures. Il a utilisé la circonstance de la mort de mon père pour aborder…eh bien, tous les problèmes. Des mois après son décès et que l’horizon s’est éclairé, je pouvais regarder en arrière et voir ce que Dieu avait fait pour moi. Et alors a eu lieu la vraie conversion.

 

REGINA : Que s’est-il passé ?

JENNIFER : C’est là que j’ai contacté Thérèse Bonaparte de Lumina, parce qu’elle était du coin, et disponible, et j’avais travaillé avec elle à Lumina. Je ne savais pas où aller. Je disais : “J’ai vécu ça, et je suis complètement dépassée par cette expérience et je ne sais pas quoi faire”.

Je fréquentais déjà quelqu’un d’autre et il venait d’emménager avec moi. Pendant cette expérience de conversion, elle a été d’une grande aide, et m’a envoyée à un prêtre de la paroisse de Brooklyn, avec qui je parle régulièrement maintenant. Je suis encore en train de vivre cette conversion.

REGINA : Que voulez-vous dire ?

JENNIFER : En octobre 2015, j’ai demandé à mon petit-ami de partir de chez moi. Je ne pouvais vivre avec lui sans être mariée. J’ai commencé à voir que pendant longtemps j’ai utilisé le sexe pour me faire du mal, en pensant qu’il s’agissait de vivre libre et forte. Maintenant, je savais que le sexe était sacré, que je suis un don de Dieu que je ne dois pas offrir si facilement. Je commence à avoir du respect pour toute vie, y compris la mienne. Jésus s’est révélé à moi à petite dose chaque fois que je suis prêtre à comprendre. Je suis en plein dedans en ce moment. En fait, j’ai peur de m’éloigner de ce nouveau chemin.

 REGINA : Si vous pouviez donner un conseil à des femmes qui sont, en ce moment, dans la situation où vous étiez lorsque vous vous êtes fait avorter, que diriez-vous ?

JENNIFER : Les suites de mon avortement m’ont presque tuée. Je regrette cet avortement. Par la suite, j’ai prié durant des mois, et j’aurais voulu pouvoir défaire ce que j’avais fait. J’aurais aimé savoir, à l’époque, ce que je sais maintenant.

L’Histoire de Jennifer—1ère Partie

Après un avortement, de nombreuses femmes souffrent sur le plan psychologique. La plupart d’entre elles n’ont pas compris combien elles étaient devenues des victimes – d’une philosophie des ‘rencontres amoureuses ‘ selon laquelle la promiscuité permet de ‘s’émanciper ‘, d’hommes qui les forcent à avorter, d’une société qui ne laisse aucune place aux mères célibataires.

Plus cruel encore : on les rend responsables de leur avortement comme si rien de ce qui est mentionné ci-dessus n’avait d’importance. C’est le revers de la médaille de la  ‘libération’ pour les femmes, que les grands media ignorent scrupuleusement. Le rideau du silence sociétal tiré sur les conséquences de l’avortement fait souffrir des millions de personnes.

Or, l’une de ces femmes s’est exprimée. Originaire de Brooklyn, élevée dans la foi catholique, enseignante aimant les enfants, elle a avorté du seul enfant qu’elle aurait pu avoir. REGINA Magazine accompagne Jennifer (son nom a été changé) lors de son odyssée dans cet article en deux parties au cours duquel elle explique comment cela est arrivé, et le chemin qu’il lui a fallu faire pour guérir.

REGINA : Vous vous êtes fait avorter à l’âge de 39 ans, parce que vous étiez en plein milieu d’une relation qui était ‘instable’.

JENNIFER : Brian était divorcé et avait une fille. Son divorce s’était mal passé, et sa relation avec son ex-femme était tumultueuse et conflictuelle. Il n’avait pas de travail et vivait chez sa mère, au sous-sol.

REGINA : En effet…

JENNIFER : Je ne pourrais pas vous dire ce qui m’était passé par la tête. Nous nous sommes connus durant nos premières années de fac par l’intermédiaire d’amis communs, et je ne l’avais pas vu ni entendu parler de lui pendant des années. Par hasard, il a retrouvé mes coordonnées et m’a contactée alors que je ne m’y attendais pas du tout. Pour être honnête, les choses ont été tumultueuses dès le départ, mais cela ne m’a pas dissuadée. Non seulement, il était toujours en guerre avec son ex-femme, mais il n’en avait pas terminé avec son ex-petite amie et se disputait souvent avec elle à propos des détails de leur rupture.

REGINA : Et que s’est-il passé ?

JENNIFER : J’ai été simplement…happée par ce chaos, ce qui ne veut pas dire non plus que je ne m’y suis pas laissé entraîner, et je pensais pouvoir gérer ! Je pensais que que je serais capable de l’aimer malgré les circonstances. Mais je me suis trompée : alors que l’amour est la réponse à de nombreuses questions, je n’avais aucune idée de ce contre quoi je devrai me battre. J’étais dépassée. Au cours de cette brève relation, j’ai été plus insultée qu’au cours de la totalité de toutes les relations au cours de ma vie de petite-amie.

REGINA : Pas bon du tout.

JENNIFER : Pour dire la vérité, j’avais une longue histoire de relations toxiques. Une relation choatique de co-dépendance après l’autre. Essayant de venir au secours de drogués ou d’alcooliques…en pensant, si jamais il s’en sort, alors il pourra m’aimer. La plupart d’entre eux étaient des hommes formidables souffrant de la maladie spirituelle de la dépendance. Il a fallu de nombreuses années chez les Alcooliques Anonymes pour que je comprenne tout cela. Je jouais à être Dieu, essayant de combler mes besoins en sauvant des hommes qui n’auraient jamais pu combler mes besoins.

 

REGINA : Mais on dirait que Brian ne présageait rien de bon. Comment vous êtes-vous persuadée d’entamer cette relation ?

JENNIFER : Brian était un musicien et un artiste extrêmement créatif, très beau. Quand il utilisait un crayon sur du papier, c’était tellement fluide, et, quand il chantait, sa voix vous hypnotisait. Il avait un talent extraodinaire, et pouvait être très gentil et attentif quelquefois. Nous avons, tous les deux, aimé grandir dans le Brooklyn des années 70 et 80. Nous aimions, tous les deux, l’art visuel et la musique. Nous étions très attirés l’un vers l’autre.

Avec Brian, je pensais que j’étais capable d’aimer quelqu’un pour lui-même. Je pensais que j’étais capable d’accepter les circonstances négatives. C’était moi qui avait très mal compris ce qu’était qu’accepter quelque chose. J’étais capable de l’aimer pour lui-même, mais cela ne voulait pas dire j’étais capable d’être dans une relation intime avec lui. Maintenant, je comprends qu’accepter quelque chose ne veut pas dire que je devais rester. Quelquefois, aimer veut dire partir.

Très tôt dans notre relation, Brian a passé huit jours à l’hôpital pour dépression. Cependant, cela ne m’avait pas encore dissuadée. Au contraire, j’ai couru à son chevet, pensant que fidélité, amour, compassion et attention m’épargneraient toutes les choses négatives qui pourraient peut-être arriver, ignorant tous ces chiffons rouges. J’ai souvent justifié le fait de rester en me disant que moi non plus, je n’étais pas parfaite, que je devais donc accepter les imperfections de quelqu’un d’autre. A long terme, la relation était émotionnellement toxique, il y avait toujours d’autres femmes, ou la possibilité d’autres femmes (c’est-à-dire des rencontres réelles ou sur les réseaux sociaux).

REGINA : Cela a l’air horrible.

JENNIFER : On sortait ensemble, et bien sûr, j’ai tout de suite couché avec lui. Honnêtement, je pensais que mon approche de la sexualité était saine, je n’avais pas peur de l’explorer et de m’épanouir dans ce domaine. Je ne voyais pas comment je pouvais ainsi me faire du mal. Le déni est terriblement effrayant. Je n’avais aucune idée de ce que je m’infligeais. En fait, je pensais le contraire, je pensais que rendait plus forte.

 

REGINA : Beaucoup de femmes se sont laissé avoir par ce mensonge.

JENNIFER : Avec le recul, tout à fait au début de la période de rémission après l’avortement, j’ai bien vu à quel point j’étais devenue une victime. Pas seulement victime de Brian, mais de nombre de systèmes en place dans notre société. Immédiatement, m’a traversé l’esprit que tout ce système est des plus rusés. Je fais partie de la génération post amour libre. Etre adolescente à la fin des années 70-début des années 80 voulait dire qu’avoir besoin d’un homme ou d’un mari était une faiblesse. Le féminisme nous a laissé cette nouvelle théologie, et nous n’avions aucune idée de ce qu’il fallait en faire, ou de comment l’utiliser, ou de ce que cela impliquait pour notre vie.

Je suis née avec la contraception. Je me rappelle avoir reçu ma première plaquette de pilules à un planning familial à l’âge de 16 ans. On me l’a présentée comme le moyen d’être libre, forte, indépendante et d’avoir de l’estime de soi.

La vérité ? Cela a eu un effet négatif dans ma vie. Les hommes ont bien plus profité que moi, du fait que j’utilisais le sexe et l’alcool au lycée, à l’université et plus tard, comme si c’était ça, l’amour vrai. C’est extraordinairement douloureux quand vous y réfléchissez.

REGINA : Comment vous-êtes vous persuadée que cet avortement était ce qu’il fallait faire?

JENNIFER : Tout d’abord, il faut savoir que je me suis fait avorter pour la première fois à l’âge de 16 ans. Lorsque je suis tombée enceinte de mon premier amour, nous étions follement amoureux, mais nous étions jeunes, et j’avais peur. Nous étions tous les deux d’accord pour que j’avorte. Cela m’a bien abimée , mais j’étais jeune et j’ai pu mettre tout ça sous le tapis du déni, quand je ne utilisais pas tout ça pour me détruire et me haïr.

A cause de cet avortement à l’âge de 16 ans, j’avais juré que je n’en aurai plus jamais. Et Brian aussi le savait. Il savait ce que je pensais de l’avortement –que j’étais contre. Cependant, on a continué à avoir des relations sexuelles non-protégées chaque fois que notre relation était de nouveau au beau-fixe.

Pour m’aider à passer la porte de la clinique, je me suis dit que je ne voulais pas le faire toute seule, que je ne pensais pas pouvoir supporter d’être lié à Brian pour toujours, que notre relation était trop pleine d’agressivité, et je me suis dit que ma famille ne pouvait pas m’aider (ce qui n’est pas vrai), je me suis dit que je n’avais pas le choix.

C’est drôle, non ? Dans un monde où l’avortement est censé être un ‘choix’, j’ai avorté parce que j’avais le sentiment de ne pas avoir le choix.

REGINA : Mais, à 39 ans, vous aviez le sentiment de ne pas avoir d’autre choix, que vous étiez incapable d’élever un enfant toute seule ?

JENNIFER : Brian a été toute de suite contre l’idée d’avoir un bébé, et j’étais contrariée à l’idée d’avorter. Je pleurais, et il me disait que Dieu n’avait rien contre l’avortement, que rien de tout cela n’était prévu, qu’il venait tout juste de commencer ses études universitaires. J’ai rétorqué que Dieu n’approuvait pas, et j’ai dit qu’avorter était égoïste. Mais, je ne faisais pas grand-chose à part pleurer, et j’ai demandé à une amie de prendre le rendez-vous.

Le lundi, rendez-vous a été pris pour un avortement le samedi suivant. Enseignante, je suis allée travailler dans ma salle de classe, où je voyais des centaines d’enfants chaque jour. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que même le plus mal éduqué de ces enfants mérite d’avoir le droit de vivre. Cette semaine-là, je n’ai presque pas mangé. Cette semaine-là a été très difficile à vivre.

REGINA : On dirait que vous étiez hyper-stressée.

JENNIFER : J’ai appelé beaucoup de gens depuis la clinique où j’allais avorter. Je ne voulais vraiment pas le faire. Une amie qui savait ce qu’il en était de ma relation avec Brian a dit : “Tout ça, c’est trop pour toi”. Et c’était la vérité pour moi. Alors que je pensais pouvoir gérer le fait d’être mère célibataire, je ne pensais pas pouvoir gérer le fait d’avoir Brian dans ma vie pour toujours. Tellement cette relation était nocive/effrayante. Maladie mentale, dépression…La façon dont il faisait joujou avec moi, je savais que je ne pouvais pas gérer ça. J’avais assez peur de lui, et cela m’a finalement fait céder.

REGINA : Est-ce que vous vouliez des enfants ?

JENNIFER : Oui, j’avais toujours voulu avoir des enfants. Je suis enseignante. J’ai toujours aimé les enfants. Mais je n’avais jamais imaginé que cela m’arriverait, je n’ai jamais eu de relation saine, jamais eu d’exigences dans mes relations.

REGINA : Alors, est-ce que vous pensiez que cela pourrait être votre dernière chance d’avoir un enfant ?

JENNIFER : C’est drôle, parce que mon père était le premier amour de ma mère, et vice-versa, et ils ont été mariés jusqu’au décès de mon père en 2014. J’ai, en effet, pensé que cela serait peut-être ma dernière chance d’avoir un enfant. C’est cette blessure qui fait le plus mal, et que je soigne encore. Je n’y avais pas pensé avant l’avortement…Je ressentais trop l’adrénaline et la peur, trop prise par le temps et les problèmes d’argent. Mais, c’est vrai que j’y ai pensé a posteriori. Et depuis, j’y pense tous les jours. Heureusement, je soigne cette blessure avec un Dieu aimant et miséricordieux à mes côtés. Cela fait toute la différence.

REGINA : Est-ce que vous avez jamais pensé essayer de changer votre vie pour pouvoir élever l’enfant ?

JENNIFER : J’ai pensé, en effet, parler à ma famille, un rapide rêve éveillé que tout le monde se rassemble pour m’aider à élever mon enfant. Mais cette pensée s’est vite heurtée à la réalité. Ils avaient tous leur propre vie, leurs propres responsabilités et leurs propres problèmes. Je ne pouvais pas vraiment compter sur eux ou ne me sentais pas le droit de leur imposer cette charge.

J’ai pensé me débrouiller toute seule, mais cela me faisait peur. J’étais en plein milieu de l’achat d’une petite maison de vacances, comment aurais-je pu avoir les moyens d’avoir un enfant ? Avec tout cela, l’hypothèque est arrivée à échéance. Et je me suis dit,  “Est-ce que ce Dieu me donne les moyens de subvenir aux besoins de mon enfant, est-ce que je devrais le garder ?”  Mais j’ai mis de côté ces pensées, j’ai contracté un nouveau prêt.

Si le père avait été aimant, si la relation n’était pas si instable, j’aurais gardé notre bébé. Il a clairement dit qu’il ne voulait pas de notre enfant. Un soir de semaine, j’ai dû attendre avant le rendez-vous, je l’ai appelé et en larmes je lui ai dit : “Où es-tu ?” “Je suis en train de mourir, là !”

Cela l’a rendu furieux, et il m’a dit que j’ “aurais dû avoir déjà avorté”, et que je le ” harcelais “. Dans une autre relation, où je n’aurais pas été maltraitée, négligée et où je n’aurais pas eu à faire face à de la folie furieuse, je pense que j’aurais gardé mon bébé. C’est parce que j’avais peur, que j’étais harcelée, que je me suis fait avorter.

J’ai entendu Thérèse Bonaparte de Lumine dire alors qu’elle racontait comment elle s’était remise de son avortement, qu’elle  “était abondonnée par les personnes qui avaient voulu qu’elle avorte”.

C’était la même chose pour moi. La personne qui voulait le plus que j’avorte à tout prix, m’a complètment abandonné. Cela ne fait qu’amplifier la peur. Ce qui vous pousse un peu plus à avorter.

 

REGINA : Avez-vous demandé conseil à quelqu’un ?

JENNIFER : J’ai évité tout ami, toute personne ou organisation qui aurait pu me prendre par les sentiments, qui aurait pu me proposer ce que je voulais vraiment : garder mon bébé. J’ai seulement parlé à des gens qui m’aideraient à en finir avec tout ça, ou qui ne me jugerais pas parce que je me faisais avorter.

Une fois, j’ai dû sortir avec ma sœur aînée, qui était mère au foyer. Elle m’a dit, alors que j’étais enceinte et que nous étions dans sa voiture : “Mes bébés sont tous grands ! J’ai le syndrome du nid vide ! ” Je savais que si je lui disais là maintenant, que j’étais enceinte, elle m’aurait proposé de garder mon bébé et de m’aider. Je n’aurais pas pu résister à cette proposition, parce que ça aurait été ce que je voulais vraiment, ne pas me faire avorter, alors, au lieu de ça, je ne lui ai rien dit.

REGINA : Qu’elles l’admettent ou non, la plupart des femmes ayant avorté se sentent coupables. Celles qui se rendent compte qu’elles ont été des victimes, ne comprennent pas pourquoi elles ont choisi les hommes qu’elles ont choisi, et se reprochent leurs  ‘mauvais choix’. Cela peut entraîner un cercle infernal sans fin d’auto-culpabilisation, etc. Les défenseurs de l’avortement court-circuite tout cela d’un revers de main, en disant ‘ça n’a aucune importance, c’est votre droit’… mais cela ne répond pas à la colère, la douleur et la perte.

JENNIFER : J’ai vraiment essayé d’expliquer ma position à un ami pro-avortement. Bien sûr, il ne pouvait pas croire que je n’étais pas ‘du côté du planning familial’.

Je disais : “Je suis désolée, c’est mon expérience personnelle : l’avortement fait vraiment du mal aux femmes”.

Il disait : “Mais, est-ce que tu n’as pas envie de pouvoir choisir de te faire du mal à toi-même ?”

REGINA : Incroyable.

JENNIFER : Le cri de ralliement du mouvement pro-avortement aujourd’hui devrait être : “Nous pouvons nous faire du mal, si nous en avons envie ! ” Je trouve triste et ironique qu’ils aient réussi à convaincre les femmes de vouloir ça pour elles-mêmes.

REGINA : Vous prenez soin de vous, vous êtes en forme, attirante et motivée. Pourquoi, selon vous, êtes vous resté vivre avec un homme qui vous a mis dans cette situation ?

JENNIFER : Désespérée de trouver l’amour. Déni. Déni. Déni. Et une totale confusion quant à ce qui est moral ou pas, normal ou pas. Cela semble banal au moment même où je l’écris…aucune estime de soi, de fausses idées sur ce qui est acceptable dans une relation et pour moi-même. Cette croyance débile aussi que les choses changeraient. Ou que je pourrais gérer ça.

REGINA : Quel effet est-ce l’avortement a eu sur vous ?

JENNIFER : Dans les 24 heures après l’avortement, j’étais claquée. J’avais essayé de rendre les choses faciles pour moi avant l’opération. Je suis allée faire des courses, j’avais de quoi tricoter à portée de main, du thé, simplement de quoi prendre soin de moi.

REGINA : Cela ne vous a pas aidée ?

JENNIFER : Un jour après être rentrée à la maison, la vérité s’est imposée. J’ai pris une écharpe que je tricotais sur le canapé pour passer le temps et Dieu m’a montré le visage de mon fils. Des femmes racontent que cela leur est arrivé ; d’autres non. Pendant les deux ou trois premiers mois, j’étais encore sous le choc et désespérée, et tous les symptômes ne sont pas apparus, ou plutôt sont passés inaperçus.

REGINA : Cela a l’air affreux.

JENNIFER : Quatre jour après mon avortement, c’était mon quarantième anniversaire. Brian m’a proposé de sortir pour mon anniversaire, ce à quoi j’ai répondu : “Je ne veux pas fêter mon anniversaire ! Non, mais ça va pas ?!” Durant de nombreuses années, j’apportais des fleurs à ma mère pour mon anniversaire, reconnaissante qu’elle m’ait donné la vie. Cet anniversaire-là, je me suis torturé l’esprit à me dire que cette femme avait eu la force et le courage de me mettre au monde, alors que moi, j’avais échoué. Cela n’a pas été une période facile.

REGINA : Qu’est-ce que vous avez fait ?

JENNIFER : Je suis enseignante, donc je me suis dit que je devais tenir jusqu’à fin juin. J’ai mis de côté mes symptômes comme je pouvais. Après avoir enseigné le jour, je passais mes nuits et mes weekends, en larmes, roulée en boule sur mon canapé avec mon chien. Et avec Dieu. Je Lui demandais d’être avec moi, et Il m’a aidée à m’en sortir.

Après deux mois, je cherchais désespérément de l’aide. Et quand je dis désespérément, je veux dire vraiment désespérément. J’étais suicidaire, j’avais des idées suicidaires, j’étais dépressive, j’avais peur, j’étais anxieuse, paralysée de désespoir, j’avais des périodes où je passais mon temps à pleurer, rien ne m’intéressais, et pire encore.

REGINA : Et Brian ?

JENNIFER : La relation n’a fait qu’empirer. La plupart du temps, j’essayais de lui pardonner et de me pardonner, ce qui semblait une bonne idée sur le papier, et d’un point de vue spirituel. Mais, je n’étais pas capable de le faire au milieu de Jetoutes les autres choses, et toutes les autres réactions qui allaient avec l’avortement. Ma colère et mon désespoir.

NEXT: Click HERE to read the rest of Jennifer’s Tale.

 

Sign up for REGINA's weekly newsletter

  1. You will usually hear from us about once a week, usually on Sunday. 
  2. At other times, we may send a special email. 

To subscribe, go here!